Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse > 2011 > Maintenanciers durables
Maintenanciers durables PDF Imprimer Envoyer
La promotion 2011-2012 dans la salle de cours dédiée au photovoltaïque.

Hier, les élèves de la licence énergies éolienne et photovoltaïque ont fait leur rentrée à Vauban.
A énergies nouvelles, métiers d'avenir. Les treize jeunes qui viennent d'intégrer la cinquième promotion de la licence énergies éolienne et photovoltaïque du lycée Margueritte en sont persuadés.
Cette année, ils ont été dix-huit à vouloir intégrer cette formation en alternance proposée par le Conservatoire national des arts et métiers. Elle prépare aux métiers de technicien de bureau d'étude ou technicien d'exploitation de maintenance chez un constructeur ou un gestionnaire de parc.

Marché de niche
Ce ne sont que des garçons et ils viennent de toute la France. Onze sur treize ont déjà trouvé l'entreprise qui va les accueillir et payer leur scolarité pendant un an, soit 6.600 EUR par élève.
Ces sociétés ont besoin de quelques techniciens de haut niveau, ayant un sens de l'analyse aigu, aimant travailler en équipe, maîtrisant l'anglais technique et n'ayant pas peur du vide !
Le Meusien Jean-Christophe Denis par exemple. « Après avoir passé un BTS de maintenance industrielle à Commercy, j'ai choisi cette licence car le métier me plaît. C'est un travail en binôme qui comprend 50 % de maintenance préventive et 50 % de maintenance curative. »
« La formation est intéressante. Je cherchais un diplôme qui mène à un emploi », commente Adrien Sanfourche, titulaire d'un DUT génie thermique et énergie et qui arrive de Dordogne.
Le Mosellan Pierre Baylac a souhaité faire la licence pour deux raisons. « J'avais postulé au CNAM pour devenir ingénieur sans succès et j'avais réalisé une installation photovoltaïque dans le cadre de mon projet de DUT électrotechnique. »
Ces trois jeunes techniciens vont apprendre le métier chez Nordex à Bar-le-Duc, Repower à Vannes et Voltec Solar à Mutzig.

Emploi à la clef
« 90 % des élèves trouvent un emploi à l'issue de leur licence. Certains sont même aujourd'hui embauchés par ceux qui ont précédemment suivi la formation », commente Guy Keckhut, directeur adjoint du CNAM Lorraine et responsable des partenariats et du développement. Pour trouver encore plus de débouchés, il souhaite que les élèves puissent dès que possible effectuer leur formation en entreprise à l'étranger. Une corde supplémentaire à l'arc de ces futurs techniciens en énergies éolienne et photovoltaïque. Mais avant de mettre un doigt de pied sur le marché du travail, la promotion 2011-2012 a dix mois de travail intense devant elle.

Formation
La licence énergies éolienne et photovoltaïque a été créée en octobre 2007 au site Vauban de Margueritte par le CNAM de Lorraine.
Après celle d'Aubenas en Ardèche, c'est la seconde formation de ce type lancée en France. Elle dure de septembre à juin.
Elle accueille chaque année une quinzaine de jeunes titulaires d'un Bac + 2 technique. Après sélection sur dossier puis entretien, ils entrent pour un an en contrat de professionnalisation.
Leur programme est composé de 600 h de cours dispensés à Verdun et de 1.200 h de pratique en entreprise. Les élèves sont évalués sur chaque unité de valeur et sur leur rapport de fin d'année. .

© L'Est Républicain
Mardi 7 Juin 2011