Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse > 2012 > Changer ou trouver un travail grâce au Cnam
Changer ou trouver un travail grâce au Cnam PDF Imprimer Envoyer
Guy Keckhut

Changer de métier, trouver un emploi ou évoluer dans son entreprise : le Conservatoire national des arts et métiers de Lorraine fait sa rentrée. À Longwy, l'antenne du Bassin attend les adultes actifs.

C'est la rentrée, pour toutes les formations comme pour le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers, NDLR). C'est en quelque sorte une université pour les adultes. Les actifs ont par cette structure la possibilité de venir se former, à la carte, à leur rythme. Cela veut dire que ceux qui travaillent et souhaitent par exemple suivre une licence professionnelle en marketing ont la possibilité de le faire en cours du soir, à raison de 60 à 80 heures par année universitaire. Ils auront acquis au bout d'un an une unité d'enseignement, et étaleront donc le diplôme sur 3 ou 4 années. « Chez nous, les unités restent valides toute la vie », expliquait Guy Keckhut, directeur-adjoint au Cnam Lorraine lors de la tenue de l'un des huit forums d'information de la région avec Lunéville, Metz ou encore Forbach.

« Ces cours sont destinés à ceux qui veulent avoir une reconnaissance professionnelle et académique, car les gens sont à la recherche d'un diplôme, pour changer de métier, en trouver un, ou évoluer dans son entreprise. » Un peu plus de 80 parcours différents sont donc proposés, dans des domaines aussi variés que la chimie, la mécanique, les ressources humaines ou l'énergie. « On couvre tous les besoins de l'économie d'une région, en dehors de la médecine, de la santé, car on ne sait pas faire. Le conseil régional prend en charge les 5/6e du prix des cours, ce qui n'est pas anodin. Le reste doit être payé par les inscrits. »

Le lieu des cours est défini en fonction de la demande : si la majorité des personnes intéressées pour un diplôme défini vient du bassin de Longwy, ceux-ci auront lieu dans les locaux du Cnam à l'Institut universitaire et technologique (IUT) de Cosnes-et-Romain. Sinon, ce sera à Thionville, ou ailleurs.

Plus de deux siècles d'existence La grande nouveauté de la rentrée est le partenariat mis en place entre la Région et Pôle emploi. « Le chômage augmente, donc on a travaillé avec ces deux structures pour déterminer une offre spécialisée pour les demandeurs d'emploi, en direction des métiers où il y a des besoins, et où ils pourront se réinsérer. Cela donne 29 parcours de formation plus ou moins longs, et accessibles de niveau Bac à Bac + 2. Ils sont déployés en journée, car les chômeurs ne sont pas obligés d'attendre le soir pour suivre des cours. »

Assistant comptable, webmestre (concepteur de site Internet), opérateur dans la logistique ou le transport, assistant en ressources humaines, etc. : le choix est vaste, et dans l'esprit de la mission du conservatoire depuis deux siècles maintenant. « Oui, le Cnam a 200 ans. Il a été fondé par un Lorrain, l'abbé Grégoire, pendant la période révolutionnaire, en 1794. À l'époque, on faisait par exemple venir des machines agricoles à Paris, on les démontait, puis on les remontait pour apprendre comment ça fonctionnait. L'idée était de donner aux citoyens l'accès à la connaissance, tout au long de leur vie. C'est pareil aujourd'hui. »

© L'Est républicain
Samedi 29 Septembre 2012