Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse > 2012 > Transmettre ses compétences
Transmettre ses compétences PDF Imprimer Envoyer
Photo Républicain Lorrain

Transmettre son savoir et ses compétences est un enjeu essentiel dans l'entreprise. Ce thème a été abordé, en croisant les regards français et allemands sur cette question, lors d'un petit-déjeuner économique transfrontalier à Forbach.

Une quarantaine de décideurs de Moselle-Est et de Sarre, dont le sous-préfet de Forbach et le nouveau consul de France en Sarre, y ont participé. Guy Keckhut, directeur adjoint du Cnam (conservatoire national des arts et métiers) en Lorraine, et le Dr Petra Riemer-Hommel, de HTW Saar, ont accueilli le public au Pôle de formation transfrontalier. « La transmission des savoirs et des compétences au sein d'une organisation, quels que soient sa taille et son rayonnement, devient un enjeu de performance » assure Guy Keckhut.

Le Dr. Dagmar Renaud, coordinatrice scientifique de l'Institut de recherche et technologie pour la Santé, et Christian Bataille, responsable Compétences au Cnam sont venus présenter leur travail.
Le Dr Renaud a rappelé que les problématiques de transmission des compétences s'accélèrent en raison des mutations démographiques, du déficit de main-d'oeuvre, de la présence plus courte dans l'entreprise et des départs en retraite massifs des salariés du baby-boom.
Elle a ainsi évoqué la création d'un service-pilote au sein d'une grande entreprise, qui a démontré que la gestion des connaissances « ne doit pas être perçue comme un projet isolé mais doit être intégrée au quotidien professionnel et soutenue par les instances décisionnelles ».
Christian Bataille a présenté les expériences d'accompagnement qu'il a menées dans de petites organisations, et notamment une mission d'accompagnement d'une entreprise en difficulté en milieu rural faisant face à une population salariée vieillissante, un manque de polyvalence et d'habitude du changement et des difficultés intergénérationnelles.

Différence d'approche
Les débats, co-animés en français et en allemand, ont permis de constater des approches parfois différentes, notamment sur les méthodes d'intervention. En France, la démarche est souvent pensée tout en haut et déclinée par une approche descendante. En Allemagne, nombre de cas permettent d'illustrer la mise en place en amont de groupes de salariés qui, confrontés à un type de problème, doit tenter de le résoudre de manière collective sans forcément attendre le salut qui viendrait de la hiérarchie.

« Les différences d'approches en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, de dialogue social, autant de thèmes auxquels le Pôle de formation transfrontalier de Forbach va tenter, dans les semaines et les mois qui viennent, de réfléchir pour apporter une réponse adaptée au contexte transfrontalier dans lequel évoluent notamment les TPE-PME, souvent désireuses de développer des activités dans le pays voisin, mais trop souvent bloqués par des différences interculturelles encore trop patentes », indique Guy Keckhut.

© Le Républicain Lorrain
Lundi le 22 Octobre 2012