Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse > 2013 > Devenir ingénieur en informatique par la formation continue
Devenir ingénieur en informatique par la formation continue PDF Imprimer Envoyer
Photo de Yannick Presse

Par le biais de son école d’ingénieur, l’EiCnam, le Cnam propose de nombreuses formations d’ingénieur en Lorraine. Yannick Presse a débuté son cursus d’ingénieur en informatique au Cnam en 2007 et a obtenu son diplôme en 2012 ; Il retrace pour nous son parcours.

Yannick a un parcours original : « après avoir obtenu mon baccalauréat scientifique et un DUT en électronique-informatique, je me suis orienté petit à petit vers l’informatique en suivant, finalement, ce qui me plaisait ». Il choisit ensuite de rejoindre l’armée de l’air et y effectue des missions de technicien en maintenance des systèmes aéronautiques. « C’était pour moi un moyen de me recentrer ». Après 18 ans dans l’armée de l’air, il arrive au bout de la progression de son poste et souhaite se reconvertir pour continuer d’évoluer. Il part donc à la recherche de formations d’ingénieur, une façon pour lui d’aller au bout de son projet initial. « Mais la période de reconversion proposée par l’armée n’était que de 6 à 12 mois, ce qui ne correspondait à aucun des diplômes que je visais ». Cette condition va l’amener à rechercher des formations proposées en cours du soir tout en conservant son poste. « A l’origine, je ne connaissais pas le Cnam : c’est lorsque j’en ai parlé à des collègues que j’ai découvert la formation d’ingénieur en informatique de l’EiCnam ». Pour continuer à se renseigner, Yannick participe à la réunion d’information proposée par le Cnam autour de ce diplôme : « J’ai fini par la choisir pour un faisceau de raisons : elle correspondait à mes attentes, je savais que la formation était diplômante et elle était proposée en cours du soir à Metz, là où je réside ! ».

Prudent, il craint initialement de ne pas avoir de bagages suffisants et va choisir de suivre en parallèle deux formations : « j’ai choisi de suivre les modules du Titre Concepteur-architecte en informatique comme un filet de sécurité, en plus des modules du diplôme d’ingénieur. ». Cette crainte tient également au rythme auquel il va devoir s’adapter pour se former : en plus de son travail à l’armée de l’air, qui implique des déplacements dans tout le Nord-Est, il va suivre des cours deux soirs par semaine et les samedi matins. « C’était des semaines bien remplies ! », avoue-t-il. D’autant plus qu’il s’est inscrit dans une formation de longue durée : « au fur et à mesure des cours, je constatais que de moins en moins de gens étaient là en présentiel… A la fin, certains cours n’étaient plus proposés qu’à distance, ce qui à mon sens rend l’apprentissage moins facile ».

Le diplôme d’ingénieur en informatique se décompose en deux parties : un cycle préparatoire et un cycle de spécialisation, qui propose deux parcours, « Systèmes d’information » et « Réseaux, systèmes et multimédias ». « Les cours étaient très théoriques, mais on avait l’avantage d’avoir des professeurs spécialistes et des intervenants professionnels. Ces derniers inscrivaient vraiment leur cours dans le réel industriel, dans la pratique ». Un échange théorique/pratique qui a trouvé une résonnance toute particulière dans le stage en vue de la rédaction du mémoire d’ingénieur : Yannick a pu effectuer un stage pendant un an à Supélec Metz. « C’était très intéressant, car cela m’a offert une palette complète de tâches : en plus de la réalisation d’une interface de contrôle de drones, j’ai pu encadrer des étudiants, etc. ». Grâce à ce stage de qualité, son propre travail et « un excellent encadrement », il a pu présenter en 2012 devant le jury son mémoire et le projet de ce stage et obtenir son diplôme… avec mention très bien ! « Je pense que le projet du stage y est pour beaucoup, car il m’a permis d’être polyvalent, et ça a dû plaire au jury », confie-t-il avec humilité. Aujourd’hui, il occupe un emploi Ingénieur de recherche en informatique au LORIA (Laboratoire Lorrain de recherche en informatique et ses applications), collaboration entre le CNRS, l’Université de Lorraine et son employeur, l’Inria. Un emploi qui lui a directement été proposé car il représente la continuité de son stage. « On parle couramment de l’informatique comme d’un domaine monolithique, mais je le perçois comme un domaine vaste, qui inclue aussi des éléments d’électronique et de robotique ».
Un domaine aux perspectives variées qu’il va pouvoir désormais explorer dans le cadre de son nouveau métier !

© Cnam Lorraine
Propos recueillis par Sébastien Léonard
2 juillet 2013