Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse > 2013 > Le Cnam s'installe au Grand-Duché
Le Cnam s'installe au Grand-Duché PDF Imprimer Envoyer
Photo Étienne JAMINET

Avec l'ouverture à Luxembourg de trois formations de niveau licence, le Cnam se « met en conformité avec une certaine exigence de mobilité ».

Malgré sa présence hors du continent européen, le conservatoire national des arts et métiers (Cnam), organisme de formation professionnelle continue « historique », n'avait jusqu'ici aucune ouverture transfrontalière. Ce sera chose faite dès 2014 avec la mise en place à Luxembourg de trois formations de niveau licence dans le cadre d'un projet conduit par le Cnam Lorraine et qui fait de lui la cellule « Europe » du Cnam.

 

Une implantation qui est « dans les cartons depuis 2003-2004 », rappelle Guy Keckhut, directeur adjoint de l'antenne lorraine, mais entre désormais dans sa phase terminale.

« Nous devons rendre les dossiers d'accréditation des formations qui ouvriront en janvier avant la fin du mois. » Une dernière étape administrative après avoir obtenu le soutien financier de l'État luxembourgeois et l'aval de la ministre de l'Enseignement supérieur, Martine Hansen. « Le projet est également épaulé par la Chambre des salariés luxembourgeois qui met à notre disposition des locaux qui comprennent deux salles de formation à Luxembourg. Une présence dans la capitale absolument nécessaire », précise encore Guy Keckhut.

Concrètement, ce sont trois bachelor (bac + 3) - psychologie du travail, comptabilité/gestion de paie et gestion des PME - qui vont voir le jour pour « 50 à 60 personnes » en formation chaque année dans un premier temps.

Ce dispositif viendra compléter l'offre existante au Grand-Duché ; celle d'une université exclusivement tournée vers la formation initiale et d'organismes privés proposant des certificats mais pas de diplômes. « Dans un marché de l'emploi qui a tendance à se tendre, même au Grand-Duché, c'était une offre nécessaire », estime le directeur adjoint du Cnam Lorraine.

© Le Républicain Lorrain
17 octobre 2013