Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Entretien avec Margriet Zieder-Ripplinger, présidente du Conseil d’administration de l’ISFATES PDF Imprimer Envoyer
La souplesse des formations Cnam permet aux professionnels lorrains d’évoluer au cours de leur carrière.

Pôle de formation transfrontalier : Si vous deviez vous présenter en quelques mots ?
Margriet Zieder-Ripplinger : J’ai 53 ans, je suis mariée et j’ai un fils. De métier, je suis politologue. J’ai étudié les sciences politiques, les Langues romanes et la sociologie à Sarrebruck, Nancy et Poitiers. Depuis mai 2012, je suis députée au Parlement régional (Landtag) du Land de Sarre, présidente du Comité pour l’Europe et les questions du Conseil parlementaire interrégional, membre du Comité scientifique ainsi que du Comité budgétaire et financier. Je suis également porte-parole du groupe SPD pour le droit et la place des femmes au parlement sarrois.


PFT : Ce sont là de nombreuses fonctions. Vous êtes donc certainement au courant de plus d’une décision ou évolution actuelle. En écho à la fameuse Stratégie France du gouvernement sarrois, quelles sont à vos yeux les chances de réussite, en termes d’insertion professionnelle des diplômés des filières franco-allemandes ?

MZR : Par expérience, nous pouvons dire que les diplômés de filières franco-allemandes ont d’excellentes perspectives de carrière, 70 % d’entre eux obtenant une première offre d’emploi dans les trois mois qui suivent l’obtention de leur diplôme. Pour ce qui est des diplômés de l’ISFATES/DFHI, il en est ainsi parfois même dans la semaine suivant l’examen final.


PFT : Selon vous, quelle est la valeur ajoutée apportée par la formation professionnelle continue ?

MZR : Au vu des tendances démographiques actuelles, au vu également de la diminution corollaire du nombre d’actifs dans la population, et afin que le potentiel économique de chaque état soit préservé, la formation professionnelle continue ne peut que gagner en importance. C’est vrai en Allemagne, plus encore en Sarre où la faiblesse de la croissance démographique est plus prononcée que dans le reste de l’état fédéral. Parallèlement, il est une autre évolution qui va s’accélérant, à savoir que les actifs ont toujours plus besoin d’acquérir des connaissances et compétences, elles-mêmes toujours plus importantes. A mon avis, la formation professionnelle continue est une réponse à ce besoin.

PFT : Comment abordez-vous le développement de nouveaux partenariats ?
MZR : Je vais appuyer l’ISFATES/DFHI dans sa recherche de partenaires politiques, économiques et scientifiques au sein de l’espace Saar-Lor-Lux et de la Grande Région afin de développer plus avant les filières déjà existantes ainsi que celles à venir.
La coopération avec la Tourismuszentrale des Saarlandes (TZS) autour du développement d’une nouvelle filière « Tourisme » est un exemple d’un tel partenariat. A la tête d’un projet Interreg dont l’objectif est de développer un concept de marketing touristique « grand-régional » commun, la TZS est une institution particulièrement connaisseuse de la question touristique en Grande Région, ainsi qu’un partenaire précieux dans le développement de cette nouvelle offre de formation.

© Cnam Lorraine
Cont@kt n°9
Octobre 2014