Retour à l'accueil du site Cnam Lorraine
Accueil > Presse
2016
Les professionnels se sont adressés aux étudiants de BTS PDF Imprimer Envoyer
Photo Est Républicain

Organisé dans le cadre d'un projet d'étude, le forum des métiers à destination des BTS du lycée Blaise-Pascal a permis la rencontre entre les étudiants et des professionnels. « Nous avons mené cette opération parce qu'un grand nombre d'élèves de BTS ne savent pas quoi faire après leurs études, indique Laurette Marquand, en 2e année service et prestation des secteurs sanitaire et social, comme ses camarades Laurie Guidat, Anne-Sarah Szterynski et Manon Fabert. Nous avons d'abord proposé un questionnaire pour connaître les interrogations de chacun et contacté les professionnels pouvant y répondre. »

Sur le marché du travail

En matinée, les étudiants ont rencontré un représentant de la banque Crédit mutuel. Julien Prost, chargé de clientèle à OEting a parlé de son métier et de la manière de l'exercer au mieux. « Ces élèves vont très rapidement entrer dans le monde du travail. Ils ont choisi une filière qui demande un grand nombre de compétences. Je pense qu'ils avaient besoin d'éclaircir un peu les fonctions des employés de banque. » C'est d'ailleurs ce que pense Julien. « On avait beaucoup de préjugés sur ce métier. Maintenant, c'est différent. Je me vois bien travailler dans ce domaine. » Laura regrette que son « BTS soit trop généraliste. On nous parle de tous types d'entreprises. C'est difficile pour nous de faire le tri. »

Poursuite d'études

Dans l'après-midi, plusieurs écoles comme l'IRTS de Metz, l'université de Strasbourg, des écoles de commerce ainsi que le conservatoire national des arts et des métiers de Nancy sont allés à la rencontre des étudiants. « Nous voulons offrir le plus de choix possible à nos camarades, poursuit Laurie Guidat. Que ce soit dans le monde du travail ou dans la poursuite d'études après notre BTS. »

© Républicain Lorrain
11 mars 2016

 
Version Acal en vue PDF Imprimer Envoyer
Photo Cnam

Le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) à la sauce Acal (Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine) ! Rien n’est encore officialisé mais les choses avancent dans ce sens. Preuve à l’appui : le 26 février au Château de Lunéville, les collaborateurs des Cnam Alsace, Champagne- Ardenne et Lorraine (environ 110 personnes) se sont retrouvés «pour faire connaissance pour la première fois dans l’optique de la création d’un Cnam regroupant les trois ex-régions», assure-t-on au Cnam Lorraine. À noter que Jean-Claude Bouly, titulaire de la Chaire Développement de la petite entreprise et artisanat, directeur du centre Cnam en Lorraine vient d’être nommé pour assurer la fonction de directeur coordinateur. «Il a pour mission d’intégrer le Cnam dans la nouvelle dimension territoriale.»

© Tablettes Lorraines
7 mars 2016

 
Le CNAM grande région PDF Imprimer Envoyer

Lunéville. Un accueil au château de Lunéville, baigné de soleil : un cadre « logique », selon Jean-Claude Bouly, directeur du centre CNAM (conservatoire national des arts et métiers) de Lorraine et comme un « signe divin », pour le directeur du CNAM Alsace, François Bertrand. Le premier était déjà venu voilà trois ans, lors de la signature de la convention installant une antenne du CNAM à Lunéville, où des formations de niveau licence dans le patrimoine et le tourisme accueillent actuellement 30 élèves.

La cité cavalière a aussi été choisie symboliquement car à quelques encablures de Vého, village natal de l'abbé Grégoire, fondateur du CNAM. « Comme bien des institutions, nous sommes à un moment particulier où nous sommes interrogés dans la mise en place de la nouvelle région. De trois entités, le CNAM Alsace, Lorraine et Champagne Ardenne, au 31 décembre 2015, nous avons vocation à ne devenir qu'une dans la nouvelle région », résumait M. Bouly, nommé pour assurer la fonction de directeur coordinateur. Il a pour mission d'intégrer le CNAM dans cette nouvelle dimension territoriale. D'où la réunion de quelque 110 collaborateurs des trois structures à Lunéville. « Il n'y aura pas de changement de lieu de travail pour les salariés », rassurait M. Bouly, « les territoires demeurent identiques et nous resterons des opérateurs proches des territoires », réaffirmait le directeur de centre CNAM en Lorraine.

Générer de nouvelles opportunités

« C'est une redistribution des cartes. On va ouvrir de nouvelles combinaisons possibles pour être plus en capacité encore de servir nos élèves », insistait M. Bouly.

Dans un message diffusé à l'assistance, Olivier Faron, administrateur général du CNAM, invitait à plancher afin que le conservatoire « se développe au mieux dans ce nouveau cadre, à l'écoute des territoires, dans le respect des compétences de chacun », en se fixant pour points l'offre de formation et la tarification, laquelle doit être en harmonie dans toute la région nouvelle.

© Est Républicain
2 mars 2016

 
L'enseignement supérieur se présente à Georges-de-La-Tour PDF Imprimer Envoyer
Photo Est Républicain

80 élèves des BTS « comptabilité » et « professions immobilières » du lycée Georges-de-La-Tour ont découvert les offres de poursuite d'études après leur diplôme lors d'une rencontre avec les représentants du Greta et du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers). A l'accueil : Florence Feltin, directrice déléguée aux enseignements technologiques et professionnels. Les professionnels ont profité de l'occasion pour présenter les formations proposées dans les filières comptabilité et immobilier. Brigitte Jouvert, proviseur du lycée Héré et présidente du Greta Lorraine Centre, a rappelé les missions du Greta, qui fédère plus de 70 établissements dans le département et forme près de 4.500 stagiaires chaque année en formation continue.

Lire la suite...
 
Poésie et robotique soudées PDF Imprimer Envoyer
Photo Est Républicain

Chercheurs et artistes se sont réunis à l'IUT afin de répondre à la question : la robotique peut-elle être poétique ?

«La poésie est peut-être un accès à lavérité. » Nazim Fatès, chercheur à l'INRIA, propose, entouré d'intervenants artistes et experts en science, sa définition de la poésie en tant que scientifique. « Il y a autant de vérité dans la poésie que dans une formule mathématique » insiste-t-il. Le savant, qui touche à la modélisation mathématique, sait de quoi il parle. Face à lui, l'amphithéâtre de l'IUT de Lunéville, et plusieurs rangées d'orateurs. Des étudiants éclairés mais également des chercheurs concurrents. « La robotique est poétique. C'est de l'émotion, ça n'a aucune frontières », rétorque l'un d'eux. Le débat est lancé.
La table ronde, en vérité plane et relativement pointue, conviait par ailleurs des responsables locaux comme Claire Verney, chef de projet Cnam au Château de Lunéville, une représentante du collectif Kinorev, et le directeur de l'Hexagone, Antoine Coujard, dans le cadre du spectacle Press, conçu par Pierre Rigal, également présent à 15 h tapantes, ce mercredi. Avec, comme objectif commun, de faire le lien entre le milieu artistique et celui de la recherche scientifique. Prouver que la synergie des deux peut amener à l'innovation.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 3