Refuser une offre d’emploi : que risque t-on ?

En France, tous les chômeurs doivent s’inscrire à Pôle emploi, anciennement l’Anpe, pour retrouver du travail et bénéficier d’allocations comme le RSA, l’allocation d’aide au retour à l’emploi ou l’allocation de solidarité. Mais refuser une offre d’emploi a-t-il des conséquences néfastes ? Si oui dans quelles conditions ? Et que risque le demandeur d’emploi en cas de refus ?

Refuser une offre d’emploi : Comment décliner poliment une offre d’emploi ?

Quand on est à la recherche d’emploi, on envoie notre cv et lettre de motivation à chaque fois qu’il y a un poste à pourvoir qui correspond à nos qualifications et compétences. On peut également postuler en envoyant une candidature spontanée au cas où notre profil convient à l’entreprise en question. En plus des candidatures spontanées, on peut aussi s’inscrire dans un cabinet-de-recrutement ou à Pôle emploi.

On peut se retrouver sans emploi pour différentes raisons. Parfois les conditions-de-travail sont tellement insupportables (harcèlement moral ou sexuel, refus de congés, temps de trajet très important) que l’on préfère poser sa démission. Mais un salarié peut aussi se retrouver chômeur suite à un abandon de poste ou à un licenciement pour faute grave. Des fois, l’employeur peut licencier un salarié car il est inapte au poste qu’il occupe. Il s’agit là de licenciement pour inaptitude.

Dans tous les cas, pour retrouver un job, il faut envoyer plusieurs candidatures car le processus de recrutement peut être long. Certaines peuvent déboucher sur un entretien d’embauche de la part de recruteurs et même une promesse d’embauche voire carrément une proposition d’embauche. Parfois, on peut hésiter et ne pas savoir accepter ou refuser une nouvelle offre. Mais il arrive aussi que pour différentes raisons (niveau de salaire bas en comparaison avec le salaire antérieur, lieu de travail dans une zone géographique trop éloignée, conditions de travail ou mauvais feeling pendant l’entretien de recrutement, culture d’entreprise qui ne nous convient pas, clause de mobilité, meilleure offre) on préfère refuser une offre d’emploi au lieu d’accepter l’offre. Pour rester professionnel, il est important de savoir décliner la proposition et refuser poliment la proposition de l’employeur. Ceci peut se faire par mail sous forme de lettre de refus de poste adressée au DRH (modèle de lettre sur internet) ou par téléphone en précisant les raisons pour lesquelles on ne peut pas accepter votre offre et en remerciant le futur employeur pour le temps consacré lors de l’entretien d’embauche. Refuser un poste doit se faire de manière courtoise. Mais qu’en est-il du refus d’une offre d’embauche proposée par Pôle emploi ? Peut-on refuser les propositions sans conséquences ?

Peut-on refuser une offre d’emploi proposée par Pôle emploi ?

Pour les demandeurs d’emploi et les chômeurs, être inscrits à Pôle emploi permet de bénéficier de plusieurs avantages et droits mais cela implique aussi le respect de certaines obligations. Le fait de faire partie de la liste des demandeurs d’emploi permet d’être accompagné par un conseiller référent, d’avoir un abonnement aux offres d’emploi, de bénéficier d’ateliers, d’avoir une protection sociale et même d’être indemnisé. Mais cela implique aussi d’être actif dans sa recherche, d’actualiser mensuellement sa situation, et de se présenter à tous les rendez-vous (une absence sans motif valable, peut entraîner la radiation de la liste des demandeurs d’emploi et l’arrêt des allocations et indemnités).

Les demandeurs d’emplois ne peuvent pas refuser plus de deux offres d’emploi proposées par Pôle emploi à partir du moment où elles répondent aux critères de l’offre raisonnable d’emploi (ORE), sous peine de subir la suspension des allocations-chômage. En effet, dire non plus de deux fois et refuser la proposition d’une offre raisonnable d’emploi sans motif légitime, peut faire l’objet d’une décision de la commission par la radiation de la liste des demandeurs d’emploi ainsi que d’une suppression de l’allocation si vous êtes indemnisé.

L’offre raisonnable est déterminée à partir : de la formation, des qualifications, des connaissances et compétences professionnelles, de la nature et des caractéristiques de l’emploi recherché (CDI, CDD, temps-plein ou temps-partiel), du salaire voulu, de la zone géographique de recherche, et de la situation personnelle et familiale.

Si l’offre proposée par Pôle emploi ne respecte pas ces points, (un salaire en dessous du SMIC par exemple, un emploi à temps partiel alors qu’on a précisé dans son projet personnalisé un emploi à temps-plein) on a le droit de refuser les offres sans avoir de sanction. Mais si les offres sont raisonnables, le demandeur d’emploi doit obligatoirement accepter un emploi.

Refuser un emploi est toujours délicat. En effet, refuser un travail alors qu’on est au chômage peut paraitre bizarre surtout que le marché de l’emploi est stagnant. Démissionner, être licencié parce qu’on a été fautif ou parce qu’on a été déclaré inapte à son poste, subir un licenciement abusif, sont autant de raisons de vouloir retrouver un emploi (à temps complet ou partiel).

Refuser une offre d’emploi : que risque t-on ?